Voir le temps de calcul d’un programme comme une longueur de courbe


Depuis l’invention des machines analogiques de calcul, jusqu’à nos ordinateurs digitaux actuels, savoir ce qui est programmable et calculable en un temps efficace acceptable ou non est au cœur des sciences de l’informatique. Une solution aussi élégante qu’inédite consiste à considérer le temps d’exécution d’un programme comme proportionnel à la longueur d’une courbe issue d’une équation différentielle.