TALENTS


Médaille d’or

Les physiciens Alain Brillet et Thibault Damour sont récompensés pour leurs apports théoriques et instrumentaux majeurs ayant contribué à la première détection directe des ondes gravitationnelles par le consortium LIGO-Virgo.

L’ingénieur Alain Brillet, actuel directeur de recherche émérite au laboratoire Artemis1Observatoire de la Côte d’Azur/Université Nice Sophia Antipolis/CNRS, se consacre à la conception du détecteur d’ondes gravitationnelles Virgo dès les années 1980. Il s’investit dans les années 2000 dans le design optique et la conception du système laser d’Advanced Virgo, détecteur de seconde génération. Théoricien mondialement connu pour ses travaux novateurs sur les trous noirs, les pulsars, les ondes gravitationnelles et la cosmologie quantique et professeur permanent à l’Institut des hautes études scientifiques, Thibault Damour a contribué à la détection directe d’ondes gravitationnelles en développant une nouvelle approche théorique permettant de décrire la coalescence de deux trous noirs et l’émission d’ondes gravitationnelles qui les accompagne.

Les quatre visages de l’innovation

Raphaèle Herbin, Jean-Pierre Nozières, Jean-Marie Tarascon et Jamal Tazi, sont les quatre lauréats de la médaille de l’innovation 2016 du CNRS.

Spécialiste de l’analyse numérique des équations aux dérivées partielles, Raphaèle Herbin est directrice de l’Institut de mathématiques de Marseille2CNRS/École centrale de Marseille/Université d’Aix-Marseille. Les algorithmes de modélisation et de simulation numérique développés par la chercheuse sont utilisés dans de nombreuses disciplines, notamment par l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire.

Entrepreneur accompli et spécialiste en spintronique, Jean-Pierre Nozières est le cofondateur du laboratoire Spintronique et technologie des composants3CNRS/CEA/Université Grenoble Alpes et le fondateur de quatre start-up : Crocus Technology (2004), eVaderis (2014), Antaïos (2016) et Hprobe (2017). Il est également l’inventeur de 25 innovations brevetées.

Professeur au Collège de France et directeur du laboratoire Chimie du solide et de l’énergie4CNRS/Collège de France/Sorbonne université, Jean-Marie Tarascon est le pionnier des batteries sodium-ion qui utilisent le sodium, un des éléments les plus abondants sur Terre comme alternative au lithium. Sa technologie est à l’origine de la création de la start-up Tiamat. En 2017 il est également lauréat du Samson Award.

Spécialiste de génomique fonctionnelle, Jamal Tazi dirige l’équipe de recherche Métabolisme des ARN au sein de l’Institut de génétique moléculaire de Montpellier5CNRS/Université de Montpellier. Fondateur des prémices de l’épigénétique, il utilise ses recherches sur l’épissage alternatif pour développer de nouveaux médicaments pour le traitement de maladies virales, notamment contre le virus du sida.


DISTINCTIONS


MATIEREFichier 1@2x

MATIÈRES ET PARTICULES

Emilie Maurice, post-doctorante au Laboratoire Leprince-Ringuet6CNRS/École Polytechnique, est lauréate d’une bourse L’Oréal-Unesco “Pour les femmes et la science” pour ses recherches sur la nature du plasma de quarks et gluons, tel qu’il existait aux premiers instants de l’Univers.

Justine Serrano, chargée de recherche au Centre de physique des particules de Marseille7Université Aix-Marseille/CNRS, est lauréate du prix Georges Charpak de l’Académie des sciences pour ses travaux menés sur les mésons beaux notamment en vue d’élucider le mystère de l’asymétrie entre matière et antimatière de l’Univers.

Raphaël Rodriguez du Laboratoire chimie biologique des membranes et ciblage thérapeutique8CNRS/Institut Curie/Inserm/PSL Université a été nommé « Fellow of the Royal Society of Chemistry » de Londres pour ses travaux à l’interface de la chimie et de la biologie du cancer.

Les prix Coups d’élan pour la recherche française 2017, récompensent trois lauréats du CNRS : Valérie Castellani9Institut neuromyogène, CNRS/Université Claude Bernard/Inserm, Marcello Nollmann10Centre de biochimie structurale, CNRS/Université de Montpellier/Inserm/Inra et Terence Strick11IBENS, CNRS/ENS Paris/Inserm. Ces prix sont attribués pour la qualité de leurs équipes et le caractère prometteur de leurs recherches afin de leur permettre d’optimiser leurs infrastructures.

Leïla Perié12Unité Physico-chimie Curie, Institut Curie/CNRS/Sorbonne Université et Adrien Meguerditchian13Laboratoire de psychologie cognitive, CNRS/Université Aix-Marseille sont lauréats du prix Claude Paoletti pour leurs recherches sur l’immuno-hématologie et la psychologie cognitive.

VIVANTFichier 5@2x

VIVANT

PLANETEFichier 4@2x

PLANÈTE ET UNIVERS

Hélène Morlon, directrice de recherche à l’Institut de biologie de l’ENS14ENS/CNRS/Inserm, est lauréate du prix Irène Joliot-Curie 2017 dans la catégorie “Jeune Femme scientifique” pour ses travaux sur la modélisation de la biodiversité.

Sandra Lavorel, directrice de recherche au Laboratoire d’écologie alpine15Université Savoie Mont Blanc/CNRS/Université Grenoble Alpes, est lauréate du Marsh award for ecology pour ses travaux sur la dynamique de la biodiversité et du fonctionnement des écosystèmes en réponse aux perturbations écologiques et au changement global.

Sandrine Bony, directrice de recherche au Laboratoire de météorologie dynamique16CNRS/École Polytechnique/ENS Paris/Sorbonne Université/Ecole des ponts Paristech, a reçu le prix Gérard Mégie pour l’ensemble des contributions concernant l’étude des processus nuageux affectant la dynamique atmosphérique et la compréhension des climats, actuels et futurs.

Le mathématicien Yves Meyer, professeur émérite à l’École normale supérieure Paris-Saclay et membre du Centre de mathématiques et de leurs applications17CNRS/ENS Paris Saclay, a reçu le prix Abel pour sa contribution majeure au développement de la théorie des ondelettes.

INGENIERIEFichier 6@2x

INGÉNIERIE ET NUMÉRIQUE