La presse cite-t-elle trop vite les études biomédicales ?


La presse s’intéresse souvent à l’identification de nouveaux facteurs de risque de maladies. L’analyse de la couverture médiatique de 4723 études biomédicales montre que les études initiales sont les plus relayées. Or, elles seront pour moitié non confirmées par les méta-analyses, ce qui a peu d’écho dans la presse. S’agit-il d’un problème de communication entre chercheurs et journalistes ?