Jeunes placés : quand prendre son envol ?


Des chercheurs montrent que les bénéficiaires du contrat jeune majeur s’autonomisent mieux que les autres à la sortie du placement.

Comment se passe l’accès à l’autonomie des jeunes placés ? Isabelle Frechon, du laboratoire Professions institutions temporalités1CNRS/Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines , coordonne une étude longitudinale sur ce sujet. L’objectif de ces travaux est de mieux connaître le profil et le parcours de ces jeunes que leur famille ne peut pas prendre en charge mais aussi de conseiller les politiques d’aide sociale.

Après deux vagues d’enquêtes à 18 mois d’intervalle, 12 chercheurs en sociologie, démographie et sciences de l’éducation ont poursuivi l’observation en menant des entretiens individuels. « Nous avons porté une attention particulière aux jeunes quittant le dispositif à 18 et 21 ans, afin de comparer leurs trajectoires respectives », précise Isabelle Frechon.

En ligne de mire notamment : le contrat jeune majeur. Ce dispositif permet de bénéficier d’une aide sociale quelques années encore après l’âge de la majorité. « Les jeunes placés ont ainsi davantage de temps pour apprendre à vivre en autonomie, à gérer un budget par exemple » détaille la chercheuse.

Les jeunes bénéficiant du contrat jeune majeur sont ainsi généralement plus diplômés et mieux armés pour s’insérer dans la vie active, tandis que ceux ayant quitté le dispositif à 18 ans se retrouvent souvent sans qualification ni travail. « Nos analyses vont se poursuivre. Mais, au vu de ces résultats, il nous paraît important de défendre l’intérêt du contrat jeune majeur », conclut Isabelle Frechon.