Ikonikat ou la perception des œuvres d’art


cnrs_ikonikat-2-web
© C.-L. Havet/Musée du Louvre-Lens/IKONIKAT/CNRS Photothèque

Montrer ce que l’on voit en premier ou de plus significatif dans une œuvre, sans passer par les mots : c’est la stratégie adoptée dans le cadre d’une étude participative du projet ANR VISUALL1Reconnaissance et diffusion des visualités en sciences sociales de langue allemande coordonné par Mathias Blanc de l’Institut de recherches historiques du Septentrion2CNRS/Université de Lille 3 et soutenu par l’Equipex IrDIVE3Recherche et innovation dans les environnements visuels numériques et interactifs. Face à un tableau par exemple, 750 visiteurs du Louvre-Lens ont désigné successivement ce qui les marquait – zones, relations, mouvement… –  sur une tablette tactile équipée de l’application Ikonikat. « Chacun peut exprimer ce qui l’attire dans l’image, indépendamment de sa langue ou de son âge ,» insiste Mathias Blanc. Les données sont collectées puis analysées, afin d’approcher au mieux la perception des œuvres par les publics.