Comment les classes sociales d’Île-de-France se déplacent et se séparent au quotidien


À partir d’une enquête sur les déplacements de 25 500 franciliens, des chercheurs ont montré que la ségrégation sociale en Île-de-France s’avère moins forte le jour que la nuit. Les classes supérieures sont tout le temps les plus ségrégées, suivies par les classes populaires. Le jour, certains arrondissements deviennent plus mixtes tandis que des communes populaires de banlieue se paupérisent.